Hier soir, on débarque, comme d'hab, en short à moitié débraillés, les cheveux en pagailles, avec les t-shirt pas repassés, vu qu'on aime pas trop ça, nous, repasser (en plus comme on sait pas non plus trop comment plier nos affaires, ça servirait vraiment à rien...), des tongs like, bref, la grande classe (et encore on a eu de la chance que j'ai pas mis mes sabots rose en plastique destiné à ne pas m'arracher les pieds quand on va se baigner aux îles de L*rrins... En y réfléchissant, on a aussi échappé au coup du short trempé avec les grosses traces de sel qui sèche parce qu'on l'a remis au dessus du maillot directement sorti de l'eau... l'honneur est sauf.


touriste


Bref, on arrive sapés de telle manière que même au caffé R*ma, on nous aurait regardé de travers (”pas assez branchouille, mon fils”), on s'installe dans la Twingo et là, on apprend qu'en fait, contre toute attentes, on va dîner au Carlton... (oui, en Twingo).


cannes_carlton


Et là il faut bien l'avouer, ce qu'on a mangé hier soir, c'était... à tomber par terre... personnellement, j'ai pris un filet de boeuf bien cuit sauce au poivre avec des petits légumes frais qui vous donnent envie de recracher sur place tous les sachets Picard que vous vous êtes enfilés pendant des années. Quant à la viande, à la base, j'aime pas... mais celle là... no comment. Je ne compte pas non plus remuer le couteau dans la plaie en repensant au soufflé au chocolat que j'ai pris en dessert mais j'en garde un souvenir ému...

ça, c'était hier soir...

Aujourd'hui, triste retour à notre réalité socio-économique dans un petit resto de base... quand on a vu l'entrée arriver, j'ai regardé S*cophante: le désespoir se lisait dans ses yeux... la dégustation confirma malheureusement nos appréhensions...

Subitement, on s'est mis à comprendre ce qu'on appelle les "caprice de stars"... :)

Comme on est polis, on a quand même attendu d'être à l'extérieur pour improviser une petite cellule de crise.

S*cophante m'avoua alors crispé que quand même, il aimerait bien au moins un truc dans le fait d'être très riche, mais un seul hein... et que c'était la bouffe.


J'approuvais... et puis en creusant un peu, au delà des ordinateurs tout dernier modèle, écrans HD,  vidéoprojecteurs, home cinéma vraiment cinéma, robots et toutes les nouveautés technologiques, au delà des grosse baraques avec vue sur la mer et des jardins immenses sans un voisin pour te casser les coui*les, bref, au delà de tout ces trucs sympas, avoir un bateau, en y réfléchissant, je cracherais pas dessus non plus.


Le regard de S*cophante se figea et nous nous aperçûmes simultanément, que finalement, ça devait pas être si désagréable d'être milliardaire...


Bon après, l'argent fait pas le bonheur, il y contribue pas forcément parce que tout ça, c'est plus compliqué que ça mais le confort quand même, ça fait partie des trucs qui s'achètent à condition d'avoir mieux que l'eurocard mastercard.

Je vous laisse, j'ai des actions à acheter...




Ah merde, on me signale que c'est pas possible... :)