En référence à mon entrain matinal habituel (dès que j'ai posé mon premier pied par terre, je parle, je ris, pire, je pose des questions...), S*cophante constatant dépité que décidémment non, comme Samara dans le cercle, je ne dors jamais m'a affublé du doux surnom de "la pie qui chante". Hier soir, en s'endormant et alors que comme à mon habitude, je parlais (parlais, parlais, parlais) sans relâche, S*cophante me glissa tendrement... "ma pie qui chante.... heureusement que t'es pas la pie qui saoule...". C'était tellement sincère, je me demande même s'il s'est rendu compte de ce qu'il disait... La pie qui saoule vous salue bien bas messieurs dames.