Je viens de faire une découverte qui va définitivement révolutionner les rapports des nutritionnistes au le Nutella... Hé oui parce que dans ce post, je vais vous expliquer comment un pot de 5 kg de Nutella est en train de me faire perdre un peu de tous les kg que j'ai accumulé durant cette année de débauche culinaire avec S*cophante...

Restituons:  vous n'êtes pas sans savoir que j'ai atteint des sommets jamais atteints auparavant en terme de poids, ce qui me fait le plus chier là dedans c'est évidemment que mes fringues préférées ne me vont plus et progressivement, j'irais même jusqu'à dire que ça va être le cas de TOUTES mes fringues.

Bref, voilà des mois et des mois que je me dis qu'"il faut faire quelque chose" mais qu'il faut faire quelque chose, de préférence... demain parce qu'aujourd'hui, il y a des ravioles niçoises qui fondent dans la bouche ou ces époustoufflants gnochi gorgonzolla ou encore ce délicieux saussisson italien... et j'en passe...

Du coup, je remets systématiquement au lendemain ce que j'aurais dû faire il y a un an: me surveiller un peu... avec le temps, l'espoir de reperdre rapidement ce que j'ai pris s'amoindri jusqu'à s'éteindre et ça commence à peser (...) très fort sur ma mauvaise conscience...

Et puis l'autre jour, que me dit la maman de S*cophante? qu'entre divers type de pâtes et de sauces qui sont autant de fruits défendus mais tellement irrésistibles pour moi, elle a glissé, dans un colis qu'elle nous a envoyé... UN POT DE 5kg de Nutella...

5 kg de Nutella... avec S*cophante qui n'en mange pas, ma mère non plus, mon père qui n'a pas le droit... 5 kg en plus à me traîner sur les fesses (quoi que ce n'est pas franchement là que je prends le plus... je suis assez homogène dans la répartition de mon sur poids, un moindre bien) pendant des années... et le reste...

Cette perspective me glaça le sang...

Du coup, la nuit suivante, entre deux rêves bizarres avec, notamment, des hyènes qui parlaient (et accessoirement, qui voulaient me bouffer) et autres buffles peu accomodants et chevaliers animaux qui voulaient ma peau, j'ai rêvé... que j'étais obèse... évidemment, où se déroulait la scène, vous l'aurez deviné: dans un magasin de fringue... ce fut LE cauchemar de trop...

Depuis ce rappel à l'ordre assez explicite de mon inconscient, je dois dire que tout est beaucoup plus simple: je me suis auto-écoeurée de la grosse bouffe...

Je vous propose donc de regarder cette image lors de votre prochaine crise de boulimie, croyez-moi, elle a un effet appaisant:

polluxnut