Comme vous le savez, de par notre situation de "gens du voyage" ou de "sans domicile fixe" ou peut-être de par notre instinct nomade (que j'ai pour ma part, découvert assez tardivement), nous sommes souvent amené à... prendre le train...

Jusque là tout va bien: le train, c'est pas compliqué, on prend un billet, on le composte, on dit bonjour au contrôleur, on présente sa carte de réduction éventuelle, on respecte les règles du jeu (ne pas fumer, ne pas se droguer, ne pas faire tout un tas de trucs qui sont aussi interdits partout ailleurs et tout va bien...), jusque là c'est facile... là où ça se complique, c'est lorsqu'on commence à utiliser Internet et/ou tomber sur un contrôleur qui... comment qualifier ce contrôleur? un connard quoi...

Episode 1: premier enculage sur Internet

Il y a peu, S*cophante commandait un billet à son père dont la confirmation de commande n'atteint jamais la boîte mail (aujourd'hui encore, elle doit être perdue quelque part dans les fils parce qu'on en a pas vu la couleur), pressé par le temps, S*cophante commande un second billet... ô surprise, sur son relevé de compte il sera débité deux fois d'environ 70 euros... après quelques réclamations non aboutie, nous l'âcherons l'affaire (finalement, on avait pas complètement raison, il n'aurait pas dû recommander un billet (le problème c'est que quand vous avez commandé, vous ne pouvez plus annuler la commande, ou alors faudrait qu'on nous explique: ça me rappelle également un souvenir enfui dans lequel j'avais commandé un billet prem's (heureusement) pour C*nnes, avec ce qu'ils appellent "l'assurance annulation" (NE PRENEZ JAMAIS CETTE ASSURANCE, ELLE NE FONCTIONNE A PEU PRES QUE SI VOUS ETES MORTS OU A L'HOPITAL, auquel cas, le problème de votre billet de train vous paraîtra bien secondaire). Bref, là aussi, je m'étais faite entubée puisque je ne souhatiais plus partir à la date prévue... je m'en étais rendue compte vite mais pas assez puisque j'avais validé ma commande... réfléchissez à deux fois avant de dégainer la carte banquaire sur le site de la SNCF, croyez en ma vieille expérience... Passons sur ces griefs refoulés qui finalement relevait davantage de notre responsabilité ou de la faute à pas de chance (?) que de la leur...

Episode 2: Second enculage sur Internet + contrôleur qui n'a de contrôleur que la première syllabe.

Pour partir à Paris, nous avions pris, pour l'aller seulement (heureusement qu'on est mal organisés et qu'on avait pas prévu le retour), des billets "last minutes" que nous avions imprimé nous-même... erreur fatale: lorsque vous imprimez vos billets vous mêmes, vous êtes obligés de présenter une pièce d'identité au contrôleur... évidemment, S*cophante n'ayant pas la sienne, il dû prendre un second billet plein tarif... Je ne vois pas du tout l'intérêt de cette mesure (si vous avez des explications...?) d'autant que si vous demandez à recevoir vos billets à la maison (ce qui leur coûte un timbre, une enveloppe, du papier, de l'encre etc.) vous pouvez avoir un billet à n'importe quel nom sans présenter de pièce d'identité: comment je sais ça? parce qu'on commande souvent les billets à un seul nom (pour avoir des places côte à côte entre autres) et la première fois que S*cophante a dû voyager avec un billet à mon nom, on avait posé la question au guichet, qui nous avait assuré que ça n'avait aucune importance... alors pourquoi on nous casse les cou*lles avec les billets qu'on imprime soi-même...?
Bref, là encore, on ne pouvait pas franchement se plaindre puisque c'était "notre faute" si on avait pas lu les petites conditions d'utilisation et qu'on avait pas de pièce d'identité (enfin S*cophante, moi, par chance, j'avais la mienne)... reste quand même que ce contrôleur était un enculé parce que la plupart ferment les yeux sur ce genre "d'incident" (franchement, du moment que le billet est payé, je vois pas le problème).

Passons...

Voilà que j'en viens à mon aventure d'hier, avec... le même contrôleur (enfin, j'en étais sûre, j'en suis presque sûre, mais ce qui est étrange, c'est que ce n'est pas le même numéro d'agent... j'y reviendrai).

Episode 3: Répression des fraudes, vous m'entendez?

Hier, j'arrive à la gare bien avant le départ de mon train, je constate, une fois de plus que les guichets sont en pannes, évidemment il y a une queue à n'en plus finir à la caisse, je décide donc de prendre le billet "à bord"...
Et voilà que je me dirige vers le contrôleur qui bavarde sur le quai avec l'un de ses collègues, je lui explique la situation (les guichets qui fonctionnent pas etc. parce que NORMALEMENT, quand les guichets ne fonctionnent pas, on vous fait pas payer "le tarif de bord", en tous cas, on ne me l'avait jamais fais avant lui...). il semble contrarié par la situation (encore du boulot supplémentaire), il remet en cause ce que je dis "j'ai vu qu'il y avait un guichet qui ne fonctionnait pas mais l'autre?" son collègue est incapable de luil confirmer mes dire (il n'aurait pourtant qu'à bouger son cul jusqu'aux machines et il verrait bien...). Seulement voilà, à ce moment là je suis convaincue que c'est le MEME contrôleur que celui de Paris et je suis convaincue qu'il va à nouveau faire l'enculé et que je vais pouvoir me plaindre...

Je monte à bord et j'attends... il passe rapidement devant moi, je lui re-demande un billet devant témoins (rappelons que je sais que c'est un enculé et qu'il est bien capable de dire que j'ai essayé de frauder...!) il me dit qu'il reviendra... il revient juste avant la gare de M*tz (il saviat que je descendais là parce que je lui avais dis)... je lui présente ma carte de réduction (avec ça, normalement, un billet aller coûte 2euros (ce qui est ridicule)) il secoue la tête et commence son billet... je jubile parce que je sais qu'il ne va pas me demander la bonne somme (on voyait trop que ça l'emmerdait de me faire un billet au lieu de me coller une amende (qui aurait été complètement injustifiée)). Il me demande effectivement 6 euros... A ce moment, je suis déjà en train de rédiger ma lettre de réclamation parce que normalement, mon billet coûte 2 euros, avec le tarif de bords de 3 euros, ça fait 5 euros (déjà ce tarif de bord n'est pas légitime dans la mesure où je n'ai PAS PU prendre de billet à la gare A CAUSE d'EUX). Il me demande 6 euros et grâce à ça, je vais au moins troubler la quiétude de ses jours pendant quelques minutes voire heures quand j'aurai envoyé ma lettre de réclamation, ça n'a pas de prix.

Je lui tends ma carte banquaire alors que j'avais fais semblant de sortir des pièces pour trois raisons: pouvoir lui dire que je ne m'attendais pas à un tarif "aussi élevé" (pour enfoncer le clou), parce que je sais que ça les emmerde quand on paye par carte (donc les gentils contrôleurs quand je peux, je leur donne de l'argent liquide) et aussi dans le but d'ajouter au dossier la copie de mon relevé banquaire (grâce ou à cause de mon père, je suis devenue très procédurière dans les lititges :).

Il rit nerveusement en me disant "qu'il fallait prévenir" (ah bon? il manquerait plus qu'il refuse mon moyen de paiement, tiens...)...

Je paye il me donne mon ticket... BINGO... il s'est "planté" dans le kilométrage (40 au lieu des 30 km qui sont notés sur tous les tickets).

Je commence à rédiger ma lettre mentalement en exprimant combien j'étais surprise qu'un contrôleur aussi scrupuleux (cf. mon voyage à Paris avec S*cophante) puisse commettre ce genre d'erreur...

Au retour, j'ai même pensé à prendre les deux distributeurs en photo avec mon portable (qui étaient évidemment hors service comme quelques heures auparavant)...

Seulement voilà, ô rage, ô desespoir, une fois de retour à la maison, j'ai constaté que le numéro d'agent de mon ticket n'était pas le même que sur celui de S*cophante... je sais que je ne suis pas du tout physionomiste mais tout de même la ressemblance était frappante... si ce n'est lui , c'est donc son frère... ? :) d'ailleurs le numéro est tout de même presque identique... vous savez si ça peut varier? le numéro d'un même agent?

J'ai tout de même conservé toutes les pièces à convictions pour "le prochain coup" parce qu'un jour je leur remettrai dans les dents, j'attends mon heure... et puis je me suis dis que j'ai décidément raté une brillante carrière dans la justice, ou pire, dans la police, la gendarmerie ou les RG...