Les deux films qu'on a regardé hier (Stay au cinoch) et avant-hier (funny games en dvd) m'ont marqué. Comme S*cophante vient de parler de "Stay", je vais me recentrer sur "Funny Games".

Pour vous donner une échelle tu taux de "marquage" de ce film, hier, quand on est rentré du ciné et que Syc*phante a vu la pochette du dvd (funny games donc) sur la table, en jetant un oeil au visage souriant du psychopathe, il souleva une pile d'accessoires divers et variés et mis le dvd dessous en se justifiant "ils me font peur" (je lui ai proposé le congélateur mais comme il ne regardait pas "Friends" (S*cophante est la seule personne que je connaisse à ne pas aimer Friends), il ne connaissait pas cette scène mythique dans laquelle, Joey, terrifié par "Shinning" le met dans le congelo pour ne plus le voir).

Bref, tout ça pour vous dire qu'avant-hier soir, après ce visionnage d'un autre monde, on était pas fiers et on a même commencé à regarder i robot, malgré l'heure tardive, pour ne pas se coucher sur le malaise engendré par le film...

Mal à l'aise, c'est le mot, pendant ce film, on est mal à l'aise, irrités, angoissés, stressés, révoltés et le pire dans cette histoire, c'est que les "psychopathes" se la jouent complices avec le spectateur...

1998funnygames01

Pour vous situer l'action, une famille (la mère, le père et le petit garçon) partent en vacances au bord d'un lac, la mère est en train de préparer à manger quand un jeune homme vient lui rendre visite et lui réclame des oeufs, elle lui les donne, il les fait tomber, il en réclame de nouveaux, il est à la fois poli et agaçant. Un peu autiste, aussi. La tension monte et un collègue vient le rejoindre, un autre jeune garçon poli et agaçant. Le père et le petits garçons entendent les cris du berger allemand puis un silence, ils décident de venir voir ce qu'il se passe. La tension monte un peu plus. Le père, sous les conseils avisés de la mère demandent aux jeunes garçons de quitter la maison, une première dispute éclate et le père se retrouve avec un club de golf dans la jambe, blessé. La famille restera séquestrée dans la maison, contrainte de jouer aux petits jeux concoctés par nos deux détraqués, monstrueusement courtois, qui annoncent assez rapidement la couleur: le lendemain matin, à neuf heure, cette famille n'existera plus.

sjff_01_img0190

Dans ce film, pas de scènes gores, un peu de sang mais rien qui mérite que l'on ferme les yeux, on ne voit pas grand chose mais on sent bien la pression monter. Les membres de la famille font parfois des choix stupides concernant leur survie mais on est tout de même loin des adolescents décérébrés de vendredi 13 ou autres films du genre, on a envie que cette famille survive. Quant aux visiteurs, leur comportement tantôt poli, tantôt violent est des plus déconcertant. On ne sait pas bien lequel est le plus dangereux: celui qui a l'air de dominer, de comprendre ce qu'il fait, de s'amuser ou celui qui a l'air un peu plus dans son monde, un peu plus timide, un peu plus en retrait, dominé par son comparse?

Les européens sont indéniablement moins doués pour les films "d'horreur" que les américains ou les japonais, mais quand ils réussissent un film, le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils savent mettre mal à l'aise! (cf aussi "Haute tension" :)

Posologie: Ce film est à voir absolument dans une maison isolée de préférence, la nuit...

funnygames2