ça y est, on a commencer notre reportage d'ethologie c*nnoise. On a eu quelques belles prises comme un troupeau d'ours des pyrénées orientales (=vieilles en manteaux de fourrure (alors qu'il fait 25 degrés)), conversations stériles sur les croquettes mangées ou non par le chien chien à sa maman en manteau Dior et en collier Inès de la Fressange (oui le chien, ça existe) ou sur le temps, des mouettes (potentiellement aptes à nous transmettre la scepticémie ou la grippe aviaire, nous avons pris des risques inconsidérés pour réaliser le tournage).

Ah et puis il y a aussi moi en train de jouer à "attrape moi la vague si tu peux" qui... me fait attraper par la vague qui le voulait... à deux reprises en fait étant donné que Syc*phante bouchait ma seule issue de secours la seconde fois. ça a bien fait rire un monsieur qu'on croisait à ce moment là sur la plage.

Peut-être allons nous tourner quelques raccords aujourd'hui. Etrangement il n'y avait personne sur les marches hier au moment où nous sommes passés... mon hypothèse de non c*nnoise est la suivante: en ce moment elles ne sont couvertes d'aucun tapis rouge et le touriste lambda ne peut pas deviner que ces petites marches ridicules sont les "MARCHES du festival"... enfin... c'est ce que j'en dis.

Nos commentaires sont consternants, souvent bêtes et méchants, mais on a bien rigolé quand même :o)