Il y a des jours comme ça, on ne sait pas bien pourquoi, on rencontre plusieurs specimens de la même catégorie, dans la même journée alors même que cette catégorie est fort heureusement, relativement rare habituellement (en pleine journée)... Dimanche, c'était le jour des alcooliques...

couple d'alcooliques n°1: Les alcooliques du bus

Alors que nous revenions d'une visite éclair chez le fieul de Sycophante, dimanche après midi, nous nous trouvâmes face au premier cas de flagrant délit d'ivresse sur la voie publique. Nous venions de tomber sur un chauffeur de bus extrêmement sympathique et non méprisant (pas comme le chauffeur qui a conduit de la gare de st Laur*nt du Var au C*p 3000 jeudi dernier dans l'après midi, c'est dit), nous nous asseyons au fond du bus quand l'alcoolique n°1 fait son entrée fracassante. Le chauffeur commence à démarrer et sans qu'on comprenne pourquoi, alcoolique n°1 l'agresse "oh ça va pas non gnagnagna". Nous comprenons rapidement qu'alcoolique n°1 était accompagné d'alcoolique n°2. 2 alcooliques pour deux look kitch à souhait et deux manières d'être absolument pitoyable. 2 caricatures.
Alcoolique n°1 est un rocker sur le retour, santiag, blouson en cuir, jeans sérré, cheveux mal coupé, cheuveux non coupé, accent parisien plus que prononcé, grande gueule (qui a dit pléonasme?).
Alcoolique n°2 est un messie, le cou orné de croix en or, une tenue toute droit sortie de la secte de l'ordre des ploucs solaires malgrés eux, alcoolique n°2 regarde le sol en marchant, alcoolique n°2 ne tiendrait sans doute pas debout sans cela.
Alcoolique n°1 donc agresse le chauffeur parce qu'il n'avait pas vu alcoolique n°2 et s''apprêtait à démarer sans lui... S'en est suivi une série d'insultes et de menaces à l'image de celui qui les proférait -alcoolique n°1- pathétique. Alcoolique n°1 cumulait sa connerie et son taux d'alcoolémie à une xénophobie latente et ne pu s'empêcher de souligner l'accent portugais du chauffeur, caractéristique ô combien pertinente de ce dernier dans le con-flit qui les opposait. Alcoolique n°2 tentait de modérer son partenaire à coup de "laisse tomber", "non mais laisse tomber"... puis opta pour la stratégie: parlons cul en lançant un prénom féminin qui radoucit immédiatement les moeurs d'alcoolique n°1 qui oublia immédiatement que le chauffeur avait commis la fatale erreur de ne pas voir son collègue messie alors que ce dernier voulait monter... nos condoléances à la jeune fille concernée.

couple d'alcooliques n°2: les alcooliques du chinois

Alcoolique n°3 était une femme blonde complètement torchée qui se mit à engueuler alcoolique n°4 un homme apparemment bourré mais paisible atablé dans un coin du resto chinois dans lequel nous étions en train de manger, Sycophante, ses parents et moi. Après qu'alcoolique n°3 se soit levé pour menacer physiquement alcoolique n°4, un serveur accompagné du conjoint de cette dernière la firent sortir discrètement. Alcoolique n°4 ne fit pas entendre parler de lui pendant tout le repas, au point qu'il passait presque pour une victime... ce jusqu'au moment où le téléphone du père de Sycophante se mit à sonner... Alcoolique n°4 se lança alors dans un monologue bruyant et totalement incohérent dont on pouvait tirer deux vérités plus que contestables: les riches avaient des téléphones portables et ça, c'était pas bien et d'ailleurs, les riches sont des salauds, et les pauvres sont de gauche et sont des gentils et lui, il est de gauche... voilà qui donne envie d'aider les minorités économiques...

Le 15 janvier, à C*nnes, c'est la fête des alcooliques, retenez bien cette date et évitez de sortir...
Je suis sidérée de voir que la connerie,  bien que déjà plus que conséquente à jeun peut encore être emplifiée sous l'effet de l'alcool...
Je ne vois pas comment les psy peuvent être "neutres et bienveillants" avec les déchets de cette société... avec l'âge, je deviens intolérante, ça me glace le sang mais comment pourrait-il en être autrement?